Serge Poliakoff

Composition abstraite1958


Huile sur toile
81 x 65 cm
Signée
Dans les Archives Poliakoff sous le n° 958018

Description

"J'aime toutes les couleurs. Je ne pense jamais à la couleur que j'emploierai. Le plus important, c'est la sonorité, pas les couleurs. Il faut que la lumière soit là."

Voici une composition où les couleurs, formes et profondeur s'unissent dans un bel équilibre méditatif. Cette oeuvre de 1958 possède une palette de pigments lumineux. Le rouge, le jaune pâle, et le noir se rencontrent, s'entremêlent, se mélangent pour donner de la nuance à la composition. L'artiste mélange lui-même les pigments purs et liants pour trouver la juste vibration tonale.
Depuis 1948, Poliakoff a fait de l'abstraction pure son combat esthétique et refuse toute incursion du réel sur la toile. Au contraire celle-ci se construit de dedans, dans la quête silencieuse d'une harmonie d'asymétries de formes colorées.

Provenance

Galerie Ariel, Paris

Galerie Erker, Suisse

Ancienne Collection Fritz W.Meyer ( Morgues)

Vente Christie's, Paris

Collection Privée, Paris

Littérature

Reproduit dans Poliakoff Volume II page 287 n°58-186

Expositions

Kunst Museum, " Von Jean Arp bis Keith Haring",St Gallen, Suisse, 1994

Serge Poliakoff

Serge Poliakoff est né à Moscou en 1900 et a été naturalise en 1962.

Très vite il s’inscrit à l’école de dessin de Moscou mais devient très vite musicien itinérant  pour fuir la guerre ce qui lui conduira à Paris en 1923 où il continuera à jouer de la guitare dans les cabarets russes. Il en profite pour s’inscrire à l’Académie de la Grande Chaumière mais continue à produire des oeuvres académiques.

Après un séjour de deux ans à Londres, il découvre l’art abstrait et rencontre Sonia Delaunay, Vassily Kandinsky… Ses oeuvres changent et s’appuient sur la couleur et la lumière qu’elle apporte ainsi que l’émotion qu’elle procure sans aucune représentation figurative.

Les compositions de Serge Poliakoff s’articulent autour de formes courbes très colorées qui très vite se superposent et lui permettent de s’imposer comme un artiste important de l’Ecole de Paris.

Dans les années 1940 il se concentre sur des oeuvres aux tons gris-marrons avant d’élaborer des toiles aux tons vifs et plus géométriques dès 1950.

Dans les années 60, il présente des oeuvres monochromes dans des nuances d’ocre en abandonnant la construction au profit du jeu de lumière.

Il est considéré comme un peintre majeur de l’abstraction.

En 2013, une grande retrospective s’est tenue au musée d’art moderne de la ville de Paris (“Le rêve des formes”). Le succès est immédiat pour cet artiste qui a su développer son propre langage abstrait lyrique.

 Serge Poliakoff est mort en 1969.