Alberto Magnelli

Alberto Magnelli

Alberto Magnelli né en 1888 à Florence, est un peintre autodidacte, qui réalisera ses premières toiles en 1907, en s’inspirant des artistes du Trecento et Quattrocento. A partir de 1911, il fréquente les futuristes italiens tels que, Carrà, Boccioni et Severini. 

A l’occasion d’un voyage à Paris, il fera la connaissance de Picasso, Guillaume Apollinaire, Henri Matisse, Fernand Léger, etc.  C’est de par ces rencontres et son voyage dans la capitale française, que son art se dessine.  C’est lors de son retour à Florence en 1915, qu’il franchit le pas de l’abstraction.

 De 1920 à 1930, période où l’Europe est confrontée aux problèmes d’après-guerre, il revient à la représentation du monde réel mais en ne renonçant pas totalement à l’abstraction.

En 1931, Magnelli s’installe à Paris et réalise la série de peinture « Pierres éclatées », qu'il entreprend après une visite aux carrières de marbre de Carrare en Italie. L’artiste est stupéfait par l’esthétisme de ces pierres, il réalisera une trentaine de dessins, qui marquera son grand retour à l’Abstraction.  En 1936, il trouve son style, qui se rattache à l’Abstraction géométrique (grands aplats de couleurs, contrastes des formes, etc.). 

Pendant la seconde Guerre Mondiale, Magnelli se réfugie à Grasse et rencontre Arp, Sophie Taeuber-Arp et Sonia Delaunay.

En 1947, une première rétrospective de ses œuvres est présentée à la galerie René Drouin à Paris.

La peinture pour Magnelli est avant tout une question d’architecture, chez qui l’abstraction se caractérise par la simplification au maximum des objets et des formes : « Son trait s’articule en réseau ouvert, autonome et fonctionne non comme contour, mais comme signe en contrepoint de l'impeccable assemblage de plages colorées. » Maurice Becter.  

Magnelli, sera le premier artiste italien à explorer le monde du non figuratif dans l’art.  Il décède en 1971 à Meudon.