Olivier DebréJaune tâches violettes
1985-1986
Acrylique sur toile
Signée, datée et titrée au dos
180 x 180 cm
Zoom
Demande d'informations - Jaune tâches violettes, 1985-1986

Provenance

Collection Privée, France

Description de l'œuvre

La peinture d'Olivier Debré, requiert « une concentration de l'esprit et une mobilité orientée du corps ». Sa gestuelle, est à la fois pulsionnelle et maitrisée. Debré opte ici pour une méthode de réalisation simple mais riche. Il recouvre la toile d'un jaune profond et nuancé. Au premier abord, on ressent comme une impression de vide, par endroits on retrouve quelques touches de couleurs épaisses, comme si la peau de la toile était recouverte d'irrégularités. Debré a réalisé un grand nombre de ses toiles en Touraine, il peignait en extérieur au bord de la Loire, son endroit de prédilection pour créer et expérimenter. 

Biographie de L'artiste

Olivier Debré est né le 14 Avril 1920 à Paris. Très inspiré dans son enfance par le paysage impressionniste des toiles de son grand père Edouard Debat Ponsan, il s‘est mis spontanément à peindre et à sculpter.

Après des études d’architecture et d’histoire, il devient l’élève de Le Corbusier à tout juste 18 ans.  En 1945, il rencontre dans le Paris libéré, Serge Poliakoff, Nicolas de Staël ainsi que Pierre Soulages et réussit à s’intégrer dans le monde artistique parisien. Lors d’un voyage aux États-unis, il rencontre le maître de l’expressionniste abstrait : Jackson Pollock.

Il installe son atelier sur les bords de la Loire, cette région l’inspire tant qu’il lui rend honneur dans plusieurs de ses oeuvres. Toujours avec l’idée de ne pas représenter ce que l’œil voit mais la sensation qui se dégage de ce qu’il découvre. Olivier Debré est le maître de l’art de l’émotion qu’il retranscrit avec une technique extrêmement libre et dépouillée afin de laisser au spectateur la place de sa propre sensation comme s’il était devant ce paysage en personne, c’est ainsi qu’il s’impose comme maître de l’abstraction.

Son jeu sur les transparences, les glacies mélangés aux effets de textures sur des toiles parfois aux tons monochromes et de taille monumentale pour certaine. Sa peinture est innocente, sans artifice. Ce qui domine dans ses œuvres, c’est avant tout l’idée de calme, dans lequel seule la couleur aurait un rôle : celui de traduire le beau qui nous entoure.

Olivier Debré est mort en 1999.

Demande d'information
Annuler