Maurice EstèveSans Titre
1989
Aquarelle sur papier
Signé et daté en bas à gauche
45.5 x 36.5 cm
Zoom
Demande d'informations - Sans Titre, 1989

Provenance

Galerie Claude Bernar, Paris

Collection Privée, France

Littérature

Hommage à Estève, œuvres sur papier, Volume I, Galerie Claude Bernard, Paris

Description de l'œuvre

« Ce qui est vrai des peintures d'Estève l'est encore plus de ses aquarelles : la légèreté même du procédé, sa rapidité, lui permettant de concilier des éléments aussi contradictoires que la fluidité des transparences et la fermeté des structures, la spontanéité du geste et la profondeur de la couleur. Fidèle à sa manière de procéder, Estève travaille autant ses aquarelles que ses toiles.  Déployant la même ardeur à faire jaillir l'inattendu, l'inédit, il les reprend inlassablement dans l'attente de cet instant lumineux ou les formes-couleurs s'imposent, telle une constellation enfin immuable devant laquelle il accepte de rendre les armes. (…)  Ses aquarelles se présentent chacune comme une entité vivante et unique. D'où le charme et l'attrait qu'elles exercent sur le spectateur le mois prévenu. Intégrant surprises et accidents, elles ont le frémissement même de la vie et leur splendeur rayonne de tous les feux que dispense la superposition des couches colorées ou la lumière, en ses multiples reflets, est piégée comme au cœur d'une pierre précieuse. »

Extrait de  : Monique Prudhomme-Estève, Maurice Estève, Catalogue raisonné l'œuvre peint,  1995

Biographie de L'artiste

Maurice Estève, artiste français, est reconnu comme un peintre majeur de la Nouvelle Ecole de Paris. Il est l’un des premiers représentants qui s’orienta après la Seconde Guerre mondiale vers la non-figuration.
A la fin des années 40, Estève délaisse la figuration et opte pour une abstraction emblématique qui tend vers « un langage plastique autonome », inspiré du mouvement cubiste et de l’abstraction lyrique. L’artiste crée des oeuvres qui représentent un découpage géométrique de plans colorés s’emboitant et se superposant les uns avec les autres, telle une vision aérienne. Peignant directement sur la toile, sans esquisses, ni dessins au préalable. Cet entrelacement de formes, quasi organique aux couleurs vives et intenses, témoignent d'une grande poésie. Au milieu des années 50, il réalise ses premières aquarelles et collages.    

Estève participe à de nombreuses expositions, telles qu’en 1955 à la galerie Galanis (trente tableaux de 1949 à 1954), en 1956 lors de la rétrospective Estève au Statens Museum for Kunst à Copenhague, en 1967 à Zurich à la Neue Galerie, en 1973 à la Galerie Claude Bernard à Paris (exposition de 42 aquarelles de 1957 à 1972), en 1990 à la galerie Louis Carré…

Demande d'information
Annuler